jeudi 30 janvier 2014

Hydrocarbures de schiste : petit effet de Maud

Décidément, le lobby pétrolier ne recule devant rien.

Son bataillon de fidèles petits soldats vient de s'enrichir d'une nouvelle recrue, en la personne de Maud FONTENOY que l'on aurait pourtant crue plus lucide et, compte-tenu de son expérience, plus résistante au chant des sirènes.

Mais voilà. De même que certaines personnalités du spectacle, des arts ou du sport peuvent, sans être trop regardantes, s'acoquiner avec un(e) candidat(e) le temps d'une campagne électorale, de même la navigatrice, pourtant très au fait des questions environnementales et engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique (voir ici et ), apporte sa caution à l'exploitation des hydrocarbures de schiste, n'hésitant pas à déclarer (voir l'article du Parisien du 30 janvier 2014) que « le gaz de schiste est un atout écologique ». Voilà qui sera apprécié notamment des habitants du Dakota du Nord, obligés de fuir une région dévastée par de multiples forages (voir photo) et privée pour longtemps d'une eau consommable. Et nous ne parlons que des chanceux qui sont encore en bonne santé.

La lune ? Non, le Dakota du Nord !

Si encore les arguments apportés étaient de nature à relancer le débat en apportant quelques éléments nouveaux qui nous auraient échappé, pourquoi pas ? Mais la triste réalité est que les pétroliers n'ont plus rien d'original à dire sur le sujet, ce qui les oblige, eux et leurs soutiens, à ressasser un discours d'une pauvreté tellement affligeante qu'il en devient caricatural.

Tout y passe : l'emploi, la baisse de la facture énergétique (qui permettrait de financer la recherche sur les énergies renouvelables !), les richesses de notre sous-sol, le « sectarisme » d'EELV, la solution miracle de la fracturation au propane sans oublier d'égratigner au passage l'Allemagne et sa sortie du nucléaire entraînant des « conséquences dramatiques » sur les émissions de gaz à effet de serre contrairement aux Etats-Unis, … etc

Le meilleur pour la fin, un soutien à notre ministre du redressement productif, dont on connaît la position (voir ici), totalement opposée à celle d'une écrasante majorité de nos concitoyens (voir ).

En conclusion et même si le sujet est traité, cette fois, avec humour, n'oublions pas que rien n'est anodin et que chaque déclaration marque les esprits.

C'est pourquoi les actions citoyennes revêtent une très grande importance à l'instar de cette lettre ouverte à Arnaud MONTEBOURG signée par l'ensemble des collectifs anti-hydrocarbures de schiste et sans oublier le rendez-vous du samedi 1er février à la Petite Brosse à Jouarre.


mercredi 29 janvier 2014

Bilan RTE 2013 : qu'il est long le chemin ...


RTE (Réseau de transport d'électricité) vient de publier son rapport pour l'année 2013.

Si la consommation se stabilise (particuliers, PME/MI et professionnels) ou continue à baisser (industrie), un fait retient l'attention, celui d'une augmentation de la « thermosensibilité », la sensibilité aux températures froides, phénomène remarqué aux heures de pointe en saison froide, pendant lesquelles nous aurions tendance à tourner un peu trop le bouton du chauffage (et c'est tellement plus simple avec le chauffage électrique!). Le Français deviendrait-il frileux ? Allons donc !

Du côté de la production, c'est une hausse de +1,7 % qui est enregistrée, avec des variations importantes suivant l'origine.

En 2013, la production nucléaire a baissé de 0,3 % alors que l'électricité d'origine hydraulique progressait de + 20 % et les énergies renouvelables hors hydraulique de + 8 %.

Un gros bémol toutefois avec un bond de + 14 % pour le charbon, entraînant du même coup une progression similaire des émissions de CO² pour la production de ce type d'énergie. Permettons-nous de souligner qu'au pays où le nucléaire est roi et où ses irréductibles partisans (si, si, il en reste !) louent sans répit un  bilan présumé neutre en CO², enregistrer +14% d'augmentation dans le recours au charbon, ça fait quand même tache, non ?

Heureusement que pour compenser, la part de la consommation d'énergies renouvelables est passée à 20,7 %.

Signalons enfin que, la France est le plus gros exportateur d'énergie en Europe (oui, mais quelle énergie exportons-nous ?) ... sauf avec l'Allemagne avec qui elle enregistre un solde commercial négatif. Tiens, tiens, l'Allemagne, c'est bien ce pays qui a décidé d'abandonner le nucléaire, qui bat des records en matière de production d'énergies renouvelables et à qui certains pisse-froid (précédemment cités) reprochent de recourir au charbon ? Curieux n'est-ce pas ?

Soyons sérieux, tout ceci est largement insuffisant. Une production qui augmente, une consommation qui se stabilise, cela montre bien que les choses ne bougent pas et que nous sommes toujours des énergivores invétérés (et frileux, en plus) dont seulement un cinquième de la consommation électrique est d'origine renouvelable. 

Tout ce que démontre ce rapport est que la prise de conscience n'est pas encore faite et le passage aux actes encore moins.

Alors, à quand une vraie réflexion sur nos comportements et une vraie politique de transition énergétique ?

Oui, le chemin est encore long.

Tous les détails sur cet article d'Enerzine.
Tous les graphes de RTE sont ici et son bilan 2013

Et pendant ce temps-là, à NOGENT SUR SEINE …


Dessin de Lidwine pour "Sortir du Nucléaire"

Dans son édition du 25 janvier, le journal Le Parisien rend compte de la cérémonie des vœux organisée à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.
Devant une foule considérable (une « vingtaine » de personnes selon le journal, mais l'organisateur n'a pas dévoilé son estimation), la directrice s'est livrée au difficile numéro d'équilibriste imposé par l'état déplorable de son unité.

En effet, suite à une inspection menée le 26 novembre 2013, l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) avait, le 16 janvier 2014, mis en demeure EDF de respecter ses obligations, indiquant que « l’organisation mise en place par la centrale de Nogent-sur-Seine ne permettait pas de satisfaire l’ensemble des dispositions réglementaires» (voir ici). Rappelons qu'en 2011, des «insuffisances» avaient déjà été relevées, motivant une demande de fermeture de la part de Cécile DUFLOT, alors présidente du groupe EELV au Conseil Régional d'Ile de France (lire cet article, toujours du Parisien, à la lecture duquel vous apprécierez au passage la position de Jean-Paul HUCHON, président de la Région).

Mais revenons à notre directrice qui, après quelques satisfecit a dû prendre acte de cette mise en demeure et des conséquences que cela implique pour l'activité de la centrale, non sans indiquer l'objectif désormais affiché de prolonger substantiellement sa durée de vie (de la centrale, pas de la directrice) : "Des investissements conséquents, qui s’inscrivent dans la durée et destinés à voir l’exploitation de la centrale nogentaise prolongée à 50 voire 60 ans. Avant cela toutefois, il faudra passer la troisième visite décennale, en 2019, pour espérer recevoir l’autorisation d’exploiter dix années supplémentaires. »

Résumons.
Nogent-sur-Seine est située à 80km de Paris.
Une catastrophe nucléaire sur le site impacterait toute l'Ile de France ainsi que la région Champagne-Ardennes et la Bourgogne, soit 20 % de la population française
Le gendarme du nucléaire constate des écarts de sécurité suffisamment graves pour mettre EDF en demeure de les combler …
et la directrice de la centrale d'annoncer benoîtement des investissements massifs destinés à rallonger de 20 ans la durée de l'exploitation.

Et pendant ce temps là, elle continue à recevoir des visiteurs. (4500 l'année dernière !)
Pour leur montrer quoi ?
Pour leur dire quoi ?
Pour le savoir, un seul moyen, y aller et poser les bonnes questions.

Pour visiter, contacter le CIP (Centre d'Information du Public) au 03 25 25 65 65 ou cip-nogent@edf.fr ou bien cliquez ici .
Et si vous voulez en savoir vraiment plus sur la centrale de Nogent-sur-Seine, cliquez

mardi 28 janvier 2014

Fort de VAUJOURS : Appel à manifester le samedi 8 février


Le triste historique et l'épaisseur de ce dossier ne sont plus à démontrer (voir notre article du 8 janvier 2014). L'importance de la mobilisation citoyenne en atteste.

Une marche pour la santé des citoyens est organisée le samedi 8 février. Elle débutera à 14h30 place du pâtis, commune de COUBRON.


Le 1er février à Jouarre, venez soutenir le Collectif fertois !


La Petite Brosse

Eh oui, ce 1er février risque d'être une journée bien chargée, mais comment pourrait-il en être autrement compte tenu des enjeux ?

Sur le front des hydrocarbures de schiste, le Collectif fertois titre dans son blog : « La trêve des confiseurs est terminée ! »

Effectivement, nos chers pétroliers se rappellent à notre bon souvenir.
Que ce soit au niveau européen où vient d'être adoptée une « recommandation non contraignante » laissant à chaque Etat toute liberté pour légiférer sur le sujet
Que ce soit en Grande Bretagne où GDF Suez et Total entament les grandes manœuvres
Que ce soit en France où notre ministre du Redressement Productif s'impatiente
Et enfin que ce soit à Jouarre même où le canadien Vermilion fait encore des siennes en déposant une demande de concession que l'on qualifiera de « suspecte »

Alors, oui, plus que jamais la vigilance est de mise et la présence sur le terrain indispensable.

Rendez-vous à 11h sur le site de la Petite Brosse à Jouarre 

LE SAMEDI 1er FÉVRIER, PRENONS NOTRE AVENIR EN MAIN !


Vous voulez agir sur votre territoire ?

Vous croyez aux actions collectives constructives ?

Vous êtes convaincus que réinventer notre mode de vie n'est pas une utopie ?

Vous voulez en savoir plus sur Biocoop, Enercoop, Terre de Liens, la Nef, Energie Partagée, les Colibris, Attac et plein d'autres (voir ci-dessous) ?


. Mais vous ne savez pas comment faire ?

Alors, rendez-vous sur le site du Collectif pour une Transition Citoyenne et découvrez un ou des rendez-vous de ce samedi 1er février qui vous intéresseront sûrement.


dimanche 26 janvier 2014

NOUVELLES DU MONDE EN GRIS ET EN VERT N°14 par Nicole

On va encore dire que « les marchands de peur » frappent encore, mais comment garder le silence face aux nouvelles en provenance de Fukushima et au désastre qui s'annonce, dans l'indifférence générale ?

Faut-il croire que nos concitoyen(ne)s se contentent de la soupe tiédasse et insipide abondamment servie par les médias et dont le niveau vient encore de s'abaisser d'un cran, passant cette fois en dessous de la ceinture (même élyséenne, cela reste une ceinture).

Non, nous ne voulons pas le croire, sinon quel intérêt aurait cette chronique ?

Cette semaine, Nicole nous révèle aussi le vrai prix du Kwh électrique, levant ainsi le voile sur une réalité difficile à percevoir tant l'omerta institutionnelle est difficile à percer.

Heureusement de bonnes nouvelles continuent à arriver du côté des énergies renouvelables, qu'elles soient solaires ou éoliennes.

Et, pour nous réconforter, disons-nous que nous ne sommes pas seuls et prouvons-le, par exemple en manifestant au fort de Vaujours le 8 février prochain.

Allez, on clique et c'est parti !

Le 11 février à Milly-la-Forêt, parlons climat !

Dessin de KROLL

Comme annoncé, la salle des fêtes de Milly-la-Forêt abritera le mardi 11 février à partir de 20h une conférence-débat sur le climat, organisée par les associations GAIA et UNIS VERS UN MILLY VERT avec le soutien de SoliCités.

Conférence-débat ou plutôt spectacle-débat puisqu'en première partie, le one man show de Frédéric FERRER « A la recherche des canards perdus » introduira le sujet sous une forme humoristique tout à fait inédite (tout en observant la rigueur scientifique qui est de règle en la matière).

Le climatologue Alain MAZAUD, du LSCE (Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement) répondra ensuite aux questions du public.

Cette soirée constitue une suite naturelle à celle du 17 octobre dernier consacrée aux hydrocarbures de schiste et s'inscrit dans un cycle de conférences semestrielles dont les suivantes traiteront de l'Énergie.

Découvrez le flyer (pile et face) et le communiqué de presse, et surtout, n'hésitez pas à diffuser l'information autour de vous !

Informations - Réservations 
findesharicots@laposte.net
ou par téléphone, 
Philippe LE CORNEUR : 06 84 43 36 09
Bernard REDON : 06 82 42 93 52

samedi 25 janvier 2014

Bienvenue à Milly, Thomas !


Ce n'est pas tous les jours qu'une ferme renaît, c'est ce que devaient se dire les soixante personnes présentes jeudi soir, 23 janvier, à la maison du PNR du Gâtinais Français qui accueillait Terre de Liens pour une présentation conviviale de Thomas ROCHE, nouvel agriculteur milliacois impatient de prendre possession de son exploitation maraîchère de près de 3 ha (maraîchage bio cela va de soi).

En ces temps où le repli sur soi-même semble être la règle, il est réconfortant de se retrouver entre défenseurs de l'intérêt commun, désireux de soutenir activement une initiative courageuse et profondément porteuse d'espoirs.

Car l'intérêt commun, c'est bien de cela qu'il s'agit : préserver des terres agricoles du chant des sirènes immobilières, assurer leur pérennité, développer une agriculture saine, à taille humaine et de proximité, créer du lien entre les habitants en créant une dynamique de groupe et tout simplement créer une exploitation qui fera vivre une famille en pratiquant à la fois la plus basique et la plus noble des activités, celle de pourvoir à l'un de nos besoins essentiels.

C'est donc avec grand plaisir que nous avons fait connaissance avec Thomas ROCHE, dont jusqu'à ce soir-là, seule la photo nous était familière. Simplicité, lucidité et détermination nous semblent bien résumer ce que nous avons ressenti.

Le projet est clair. Il est juste dommage que les milliacois ne profitent pas (encore) des bienfaits d'une deuxième AMAP, mais l'intention est là et se concrétisera probablement d'ici 3 ans. Entre-temps, nous aurons largement de quoi nous étonner avec la découverte promise de nouvelles cultures et aussi de participer à un pan de l'activité consacrée (Milly oblige) à la culture de plantes aromatiques (et celles-là seront 100 % bio!).
Nous reviendrons ultérieurement sur ce dernier projet, consacré aux essais puis au développement de la production de certaines espèces, dans le cadre de l'ADEPAM (Association pour le Développement des Plantes Aromatiques et Médicinales) associée aux laboratoires EONA, au Conservatoire National des Plantes, à la commune et à différents agriculteurs.

Et le groupe local dans tout çà ? On y vient.
Il s'agit de l'une des caractéristiques des projets soutenus par Terre de Liens, celle de réunir localement toutes celles et ceux qui souhaitent à leur manière soutenir le nouvel exploitant. Le soutien financier est bien sûr possible via la souscription d'actions (voir ici ) mais l'originalité de la démarche réside dans la façon dont on peut s'engager, non seulement pour le démarrage mais aussi pour la suite de l'activité (voir par exemple ici ce qui se passe en Normandie). Une vraie démarche citoyenne, désintéressée, où chacun donne de son temps pour le bien de tous.
Visiblement, Thomas ROCHE souhaite orienter le groupe local vers l'activité liée aux plantes aromatiques, ce dont nous ne saurions nous plaindre.
Nous allons donc attendre impatiemment la première réunion sur le sujet et le début de cette aventure collective.

Signalons au passage, qu'il est toujours possible de s'inscrire pour obtenir des informations sur l'évolution de l'activité de Thomas ROCHE ou sur la création du groupe local. Il suffit d'adresser un message à Audrey BOURSICOT : a.boursicot@terredeliens.org

Pour finir, un grand merci à l'équipe de Terre de Liens, Audrey BOURSICOT et Gaëlle LACAZE, et au PNR dont Jean-Jacques BOUSSAINGAULT a, en introduction de la soirée, rappelé le rôle important dans le soutien sous toutes ses formes à une agriculture de qualité.

Retour sur la présentation powerpoint de la soirée : ici

Pour en savoir plus sur Terre de Liens :



dimanche 19 janvier 2014

SAMEDI 25 JANVIER, VELORUTION A EVRY !



LE CIREN (Collectif Citoyen d'Information sur la Radioactivité et le Nucléaire) en partenariat avec SoliCités organise à Evry une première vélorution en Essonne en faveur d'une véritable transition énergétique favorisant les économies d'énergie, la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, permettant ainsi une indispensable Sortie du Nucléaire.

Rendez-vous le samedi 25 janvier à 15h à la gare RER d'Evry-Courcouronnes (sortie hall principal)

Découvrez l'affiche de l'événement ici

Informations :  06 99 08 21 05  et ciren@mailoo.org


Festival International du Film d'Environnement 2014


Pour sa 31ème édition, le FIFE reste plus que jamais fidèle à sa tradition : sensibiliser encore et toujours aux problématiques environnementales et sociales posées par notre mode de développement.

Éveiller les consciences, secouer les torpeurs, faire découvrir d'autres réalités (ou peut-être est-ce la réalité tout court ?), en bref nous faire sortir la tête du sac, tel est l'objectif que se sont assignés les 120 films, originaires de 30 pays, programmés du 4 au 11 février prochains.

Parmi eux, il en est un qui nous plaît particulièrement, pour des raisons multiples. Il s'agit du documentaire «  Les ondes de Robert » de Xavier JOURDIN que le dossier de presse présente ainsi : « Au cœur de la campagne ardéchoise, Robert EPISSE élève chèvres, vaches, chevaux, poules et lamas. Ici, pas de production intensive, mais une douceur bienveillante qui respecte le rythme des animaux et des saisons. Au milieu de cette nature, Robert s’est construit un univers bien à lui : des cabanes de bois qui lui offrent bien plus qu’un habitat, un véritable havre de paix. Pour autant Robert n’a rien d’un ermite coupé du monde. Bien loin de ça même : il aime les gens et leur contact. C’est leur regard et leur sympathie pour son mode de vie « pas comme les autres » qui l’aident à endurer le froid de l’hiver et à dompter son impatience jusqu’aux beaux jours. Dans son univers de cabanes de bric et broc, Robert nous questionne : Où se trouve l’essentiel ? Un conte contemporain humaniste. »


Source : Docks 66

La projection est programmée le dimanche 9 février à 17h30 au Cinéma des Cinéastes, 7 avenue de Clichy, Paris 17ème. Robert EPISSE sera présent.

Toutes les informations sur le FIFE ici, la bande-annonce et le dossier de presse encore . Détail important : l'entrée est libre pour toutes les séances.

N'oublions pas, au même moment (du 2 au 9 février) le festival « Bobines Sociales » au Studio de l'Ermitage, 8 rue de l'Ermitage, Paris 20ème.

NOUVELLES DU MONDE EN GRIS ET EN VERT N°13 par Nicole

Un 13ème numéro où l'Énergie est omniprésente.

Les énergies renouvelables sont à l'honneur avec un grand coup de chapeau à Enercoop en France, pendant que Bernard LAPONCHE nous livre quelque informations intéressantes sur l'avenir énergétique du Japon post-Fukushima.

Le nucléaire hexagonal par contre, en prend un grand coup derrière les oreilles avec des confirmations sur l'absurdité de son modèle, dont la gestion des déchets (transport et enfouissement) constitue, à elle toute seule, un malheureux exemple.

Et pour finir, cette histoire malheureusement vraie des 51 marins américains qui assignent TEPCO en justice. Personne ou presque n'en parle chez nous, vous avez dit bizarre ?

mercredi 15 janvier 2014

HOLY FIELD HOLY WAR : quel avenir pour l'agriculture polonaise ?

 

« Partout dans le monde, les petits agriculteurs sont menacés. Si l’invasion des exploitations familiales par des multinationales de l’agro-business, attirées par le gaz de schiste, se fait loin des caméras et des médias, pour le petit exploitant elle est bien réelle… En Pologne, un pays où plus de 60% de la surface est occupée par l’agriculture, les paysans se demandent saison après saison comment ils vont survivre, surtout quand de nouveaux acteurs économiques entrent dans la bataille pour s’accaparer les terres. Regarder HOLY FIELD HOLY WAR, c’est un peu comme regarder un champ : au début on ne voit pas les changements subtils qui s’amorcent, jusqu’à ce que survienne quelque chose qui rend tout terriblement évident. »

Le film sera projeté en avant-première samedi 18 janvier en présence du réalisateur, Lech KOWALSKI (voir sa filmographie) et de Thomas PORCHER, spécialiste des hydrocarbures de schiste (voir son site internet)

Informations pratiques  

HOLY FIELD HOLY WAR, film de Lech KOWALSKI (France/Pologne, 2012, 105') 

FID (Festival International du Documentaire - Marseille) 2013 : Prix Georges de Beauregard, Prix du GNCR (Groupement National des Cinémas de Recherche) et prix Marseille Espérance 

Samedi 18 janvier à 15h30 
Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution (Museum National d'Histoire Naturelle
36 rue Geoffroy St Hilaire - 75005 Paris

Entrée libre sous réserve des places disponibles

dimanche 12 janvier 2014

Climat, énergie : parlons-en le 11 février à Milly-la-Forêt


Frédéric FERRER - A la recherche des canards perdus

Dans la continuité de la conférence-débat du 17 octobre dernier sur le pétrole de schiste, le collectif « Fin des haricots », initié par les associations GAIA et UNIS VERS UN MILLY VERT, propose le mardi 11 février prochain une autre manifestation consacrée plus largement à la question climatique et aux réponses que nous devons apporter, notamment celle de la transition énergétique.

La forme choisie sera cette fois plus ludique avec, en première partie, le one man show de Frédéric FERRER « À la recherche des canards perdus », suivi d'un débat animé par des spécialistes.

Voir ici le communiqué commun des deux associations et tout ce que vous souhaitez savoir sur le spectacle.

Retenez votre soirée du mardi 11 février (20h à la salle des fêtes de Milly-la-Forêt) et venez participer !

jeudi 9 janvier 2014

LES ARCADES DE L'AQUEDUC 2014 : ON RECHERCHE DES BÉNÉVOLES

Source : SAD

La SAD communique :

Bonjour à toutes et à tous ,

La course des " ARCADES de l'AQUEDUC " organisée par notre association , la SAD aura lieu le dimanche 30 mars 2014 pour sa 17 ème édition.

Comme chaque année , pour la réussite de cet événement sportif , j'ai besoin de votre aide au stade ou comme signaleur en forêt .
Près de 80 bénévoles doivent être mobilisés . Ces bénévoles sont en majorité issus de l'association mais des amis extérieurs répondent aussi présent ce jour là et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues .
Après la course , les bénévoles sont invités à un repas convivial au gymnase .

Cette année la date est plus tôt dans le calendrier. 
Autre nouveauté : la course réintègre le challenge vert de l' Essonne , ce qui devrait permettre d'avoir la participation de plus de coureurs .
Notre organisation doit aussi être au top , des officiels seront présents pour nous évaluer .
La course permet de subventionner des activités de notre association tout au long de l'année .

Une première réunion préparatoire du bureau aura lieu le 17 janvier. Si cela vous est possible , pouvez vous me répondre avant cette date sur votre possibilité d'être bénévole sur la course ?

Les habitué(e)s retrouveront leur poste ( sauf avis contraire). Les nouveaux seront positionnés par les responsables d'équipe en forêt ou au stade.

Merci de vos réponses

Daniel JOURDIN

Tous les détails sur le site de la SAD :

Contacts : 
Daniel JOURDIN  - 01 64 98 75 29  
dan.g.jourdin@wanadoo.fr
Patrice BOSSU  -  06 18 42 70 34
p.bossu@sfr.fr

PHYTOLAQUES : AIDEZ L'ASABEPI !


Nous avons déjà rendu compte des efforts inlassables de l'ASABEPI (http://phytolaque.wifeo.com/) et de ses animateurs, Danielle et Jean-Claude PERRÉE pour éradiquer le phytolaque (ou raisin d'Amérique). Ils rassemblent régulièrement des dizaines de volontaires pour des opérations d'arrachage, fauchage ou vendange en forêt de Fontainebleau ou dans le massif du Coquibus, près de Milly-la-Forêt.

Ces défenseurs acharnés de nos forêts bénéficient heureusement de l'appui de l'ONF. Toutefois, comme souvent, le développement de leurs activités requiert une communication plus large et l'acquisition de matériel supplémentaire.

C'est pourquoi ils lancent une opération de « crowdfunding » que nous nous faisons un plaisir de relayer tout comme, nous en sommes sûrs, vous le ferez.

Merci pour eux !

Voici leur message ci-dessous

Bonjour à toutes et tous

Pour rester dans le thème des bonnes résolutions 2014 et pour celles et ceux qui n 'ont pas de temps à consacrer à l'éradication du phytolaque ou dont la condition physique ne permet pas ce type d'action ( pour rappel: en été le fauchage est toujours possible ainsi que la vendange en automne ), il existe désormais le « crowdfunding", c'est à dire le mécénat , un ASABEPIthon en quelque sorte.
Pour en savoir plus , il vous suffit de vous rendre sur :
http://ick.li/mAa0aK

Ensuite, c 'est à vous de décider. Si vous avez-vous même votre propre liste de diffusion, merci de transmettre.


Et toujours la demande d 'arrêt de la culture et vente du phytolaque ( 142 signatures aujourd'hui), cette plante a donc encore un bel avenir en forêt et ailleurs.  
http://ick.li/L2wroj

Cordialement
Danielle et J
ean Claude PERRÉE
ASABEPI
"Ils ne savaient pas que c 'était impossible , alors ils l'ont fait ! " Marc TWAIN

mercredi 8 janvier 2014

Fort de Vaujours : une pollution radioactive en pleine Ile de France !

Source : Le Loup Voyou

Aux confins de la Seine Saint Denis et de la Seine et Marne, le fort de Vaujours ne fut jusqu'au milieu du siècle dernier que l'exemple de la paranoïa défensive qui obsédait nos gouvernants d'alors après l'épisode prussien de 1870 (voir l'historique complet ici)

C'est en 1950 que démarre l'épisode « atomique » des lieux, livrés au CEA afin de remplir une funeste mission : mettre au point une arme nucléaire bien de chez nous, symbole d'une autre obsession, celle de restaurer la « grandeur » de la France.

Dans ce domaine, mettre au point signifie expérimenter des techniques utilisant de l'uranium naturel ou enrichi avec les conséquences que l'on peut imaginer sur la dissémination dans l'air, le sol et l'eau, le tout sous couvert du Secret Défense.

Cela durera près d'un demi-siècle.

Au début des années 2000, des associations locales diffusent des statistiques sanitaires alarmantes concernant le territoire. Elles font état d'un nombre anormalement élevé de tumeurs et de maladies thyroïdiennes. Parallèlement, la CRIIRAD détecte une importante contamination des sols, radioactive mais aussi chimique (analyses confirmées ultérieurement, voir ici)

Ces alertes conduisent logiquement les préfectures à prendre des arrêtés frappant le site de servitudes relatives au stockage des remblais, à l'accès et à l'utilisation-même des terrains.

Ce sont ces servitudes qui sont aujourd'hui remises en cause à la fois par la société Placopâtre, intéressée par l'exploitation de carrières locales de gypse et par les élus de la commune de Courtry, favorables à la création d'une zone d'activités commerciales.

Une fois de plus (et pour combien de temps encore ?) des intérêts économiques s'opposent frontalement à ceux des populations, au point de nier l'évidence d'un risque sanitaire majeur. Même si ce n'est pas (et de loin) la première fois, on ne peut encore que s'étonner de cette absence du plus élémentaire sens de la responsabilité. Cela n'est déjà pas acceptable de la part d'un entreprise, mais que dire des élus dont la première motivation devrait être la défense de l'intérêt général ?

Il reste heureusement la mobilisation citoyenne qui se révèle être la seule susceptible de faire bouger les choses.

Nous devons aider les courageuses et courageux qui s'investissent de façon totalement désintéressée pour la défense de l'intérêt collectif.

Où que nous habitions, apportons-leur notre soutien en signant la pétition en ligne et en la faisant largement circuler . Le nombre est notre force !

lundi 6 janvier 2014

STOPPONS TAFTA !

Source : Inform'Action

TAFTA = Trans Atlantic Free Trade Agreement ou grand marché transatlantique

Une pétition dès ce début d'année, oui, mais quel enjeu ! Et que faire d'autre quand, dans la plus grande opacité et au mépris de tout principe élémentaire de démocratie, se trame un accord transatlantique Europe/Etats-Unis qui, s'il était ratifié, sonnerait définitivement le glas de bon nombre de nos libertés en ouvrant grand les portes d'une déréglementation de vaste envergure dont nous n'imaginons peut-être pas encore toutes les conséquences dévastatrices.

Des conséquences potentielles, en voici quelques-unes (Source : Mediapart du 19 novembre 2013 – Le blog d'Annie LASORNE) :

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : Nos normes plus strictes que les normes américaines et que les « normes internationales » (niveaux de pesticides, contamination bactérienne, additifs toxiques, OGM, hormones, etc.), pourraient être condamnées comme «barrières commerciales illégales»
HYDROCARBURES DE SCHISTE : Les pays européens ne réglementeraient plus les exportations de gaz naturel vers les nations TAFTA. La fracturation hydraulique pourrait devenir un droit pour les sociétés qui pourraient exiger des dommages et intérêts auprès des nations qui s’y opposent.
EMPLOI : Les entreprises souhaitant délocaliser dans les états concernés par le projet TAFTA où les salaires sont inférieurs, seraient protégées. L’Inspection et le code du travail devenant illégaux, plus de préavis de licenciement. Pôle emploi devrait être privatisé ou serait attaqué en justice par les sociétés d’intérim pour concurrence déloyale. Les conséquences du TAFTA sur le taux de chômage en Europe ne seraient que néfastes.
SANTÉ & RETRAITES : Les médicaments pourraient être brevetés plus longtemps, les groupes pharmaceutiques pourraient bloquer la distribution des génériques. Les services d’urgence pourraient être privatisés. Les Assurances privées pourraient attaquer en justice les CPAM pour concurrence déloyale. Les retraites par répartition pourraient être démantelées, les compagnies d’assurances se substitueraient aux CRAM,ARRCO, AGIRC...
 
Source : Yasssu blog


EAU & ÉNERGIE : Ces biens seraient privatisables. Toute municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce, idem pour l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable). La sécurité nucléaire serait réduite. Le prix du gaz et du KWH serait libres.
LIBERTÉ & VIE PRIVÉE : Grâce à la révolte publique, les sociétés espérant enfermer et monopoliser l’Internet ont échoué l’année dernière à faire adopter leur ACTA répressif ; des textes plus pernicieux sont dans le TAFTA.
SERVICES PUBLICS : Le TAFTA limiterait le pouvoir des États à réglementer les services publics tels que : services à la personne, transports routiers, ferroviaires, etc. et réduiraient les principes d’accès universel et large à ces besoins essentiels.
CULTURE & PRODUCTION ARTISTIQUE : Les gros producteurs d’audiovisuel pourraient interdire les productions privées ou professionnelles à faible budget comme Youtube..., les financements collaboratifs seraient rendus illégaux. Les musées nationaux perdraient leur droit de préemption sur les trésors artistiques nationaux au profit de collectionneurs privés.
ENSEIGNEMENT : Les universités privées pourraient attaquer en justice l’Éducation nationale pour concurrence déloyale. De la maternelle au doctorat, les sociétés privées contesteraient aux écoles, cantines scolaires et resto U, toutes subventions municipales, régionales ou nationales. 

D'autres informations sur l'historique et l'actualité de ce dossier sur le site du Collectif Stop TAFTA et sur celui de La Quadrature du Net pour la partie purement liée aux libertés à la culture et Internet.

Enfin, pour compléter le tout, lisez l'appel collectif "Stop TAFTA" relayé par "Générations Futures"

Il se trouve que le 9 janvier prochain (dans moins de 3 jours !) à 10 heures, le Sénat organise un débat sur ces négociations. Notre devoir de citoyen est d'alerter les sénateurs en leur montrant que la population n'est pas insensible aux menaces citées plus haut et qu'elle attend de leur part toute la vigilance nécessaire, notamment en matière de défense de l'intérêt collectif.

RENDEZ-VOUS SUR LE SITE CYBERACTEURS POUR VOUS MANIFESTER AUPRES D'EUX EN SIGNANT LA PETITION

DANS 3 JOURS IL SERA TROP TARD !

Source : Créatifs culturels

PLUS DE MUSIQUE DANS NOS VILLES !



Les élections municipales de 2014 (23 et 30 mars) sont l'occasion d'interpeller les différentes listes sur l'importance de maintenir et développer au niveau local la vie musicale, élément indispensable du lien culturel et social.

Comment faire pour en savoir plus et participer à cette mobilisation ?




Pour les plus pressés, un contact direct : Franck MICHAUT – 09 54 93 19 98 - contact@plusdemusique.fr

vendredi 3 janvier 2014

NOUVELLES DU MONDE EN GRIS ET EN VERT N°12 par Nicole

Nicole attaque fort cette année 2014 avec des vœux musclés.

Nouvelle année ou pas, le nucléaire ne se fait pas oublier, mais heureusement les énergies renouvelables non plus, éolien en tête

Bonne lecture (un petit clic ici) !

mercredi 1 janvier 2014

Graines en Gâtines à Milly-la-Forêt : ça avance !

Source : Graines en Gâtines

Le 19 décembre dernier, une étape importante a été franchie, le labourage du terrain : un beau cadeau à quelques jours de Noël.

Et maintenant, vivement le printemps !

En 2014, restons connectés !


Bien sûr, nous ne sommes qu'une poussière dans l'infini de la blogosphère

Bien sûr, nous ne comptons que quelques dizaines de membres ou abonnés

Bien sûr, la fréquence des articles laisse à désirer

Bien sûr, le temps nous manque pour traiter tous les sujets qui nous tiennent à cœur

Bien sûr, bien sûr , bien sûr …

Bien sûr nous continuerons en 2014 à maintenir ce lien à destination de celles et ceux qui croient possibles des alternatives à notre mode de vie actuel à Milly-la-Forêt ou ailleurs.

Post scriptum : et bien sûr, nous accueillerons toujours avec plaisir toute contribution de nature à étoffer ce blog et ce, sous quelque forme que ce soit.

Phytolaques : la première B.A. de la nouvelle année !


Il y a un mois de cela, nous avions largement diffusé le message ci-dessous.

Nous profitons de l'entame de cette nouvelle année, avec son cortège de bonnes résolutions, pour effectuer une relance de ce qui nous paraît être une bonne occasion de faire preuve de citoyenneté sur un sujet (encore) très peu médiatisé.

Pour certain(e)s d'entre vous, les termes "phytolaque" ou "raisin d'Amérique" sont familiers car, déjà sensibilisés et actifs, vous participez à des campagnes d'arrachage de cette plante invasive, véritable poison pour nos forêts.

Pour d'autres, vous les découvrez. Je vous invite donc à
visiter le site http://phytolaque.wifeo.com/

Dans tous les cas, voici une problématique à laquelle les citoyen(ne)s responsables que nous sommes ne peuvent rester insensibles.

Car c'est bien de responsabilité qu'il s'agit, une responsabilité vis à vis de nos successeurs sur cette terre, qui nous conduit naturellement à agir, notamment en alertant nos gouvernants, d'où la pétition ci-jointe.

Encore une pétition direz-vous ! Oui, encore une, mais comme le rappelle la sagesse populaire "qui ne fait rien n'obtient rien".
Le texte n'a d'autre ambition que d'attirer l'attention de nos décideurs et de les inciter à prendre des mesures élémentaires d'interdiction de la culture et de la vente des graines ou des plants, première condition pour éviter la prolifération.

Et puis, parmi plein d'autres raisons de signer, il en est une qui devrait suffire : le soutien à une association, l'ASABEPI (Association des Arracheurs Bénévoles de Plantes Invasives) qui rassemble un nombre croissant de membres dont les week-ends sont bien souvent consacrés à couper et arracher.
Rien ne les y oblige et ils n'ont d'autre récompense que celle d'avoir oeuvré pour l'intérêt collectif.

L'ASABEPI est à l'origine de cette pétition. Nous les connaissons bien et travaillons avec eux. Chaque signature supplémentaire renforcera sa crédibilité.

Voilà, tout est dit, alors … il n'est pas trop tard pour signer la pétition contre les phytolaques et pour la diffuser largement autour de vous !

Allez, un clic et c'est parti pour la première B.A. de l'année !